Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CREATRICES ET CREATEURS D'ENTREPRISES A L'ETRANGER

aides

97 - Leçons irlandaises

6 Avril 2006, 00:42am

Publié par GERARD

L'actualité est rarement tournée vers les créatrices et créateurs à l'étranger. Une exception aujourd'hui

Nous devons cette exception à la Radio déjà citée ici, BFM. Une partie de ses grands débats du mercredi était aujourd'hui consacrée à l'Irlande, fortement importatrice de cadres étrangers à laquelle j'ai consacré une annexe à l'étude conduite au CES (voir premier Liens à droite).

Un cadre français - déjà interviewé lors de la réalisation de ladite étude -, un diplomate irlandais en poste à Paris, le député qui préside le groupe d'amitié parlementaire France-Irlande et l'excellent animateur de ces grands débats du mercredi cherchaient à expliquer comment l'Irlande s'y prenait pour créer tant d'emplois, attirer tant d'immigrés (ou expatriés) venus apprendre l'anglais et démarrer un c-v dans une société internationale puis/ou créer leurs propres affaires.

Lorsque j'interrogeais en 2004 monsieur le Secrétaire général du gouvernement irlandais sur la politique de son pays envers les Irlandais créateurs à l'étranger, il ne pouvait - comme en France et dans la plupart des Etats modernes -  développer un grand discours. Par contre, il m'expliquait fort justement que tout créateur en Irlande, quelle que soit sa nationalité, était traité comme un créateur irlandais. Et ceci est déjà une leçon pour tout pays qui souhaite se développer.

Moins de deux ans plus tard, l'Irlande toujours à court de cadres, met en place une politique spécifique envers les Irlandais hors d'Irlande et en particulier les jeunes diplômés et les créateurs d'entreprises performantes.

Cette politique vise notamment à "allécher" ces expatriés pour qu'ils rejoignent l'Irlande et viennent y renforcer encore son économie.

Mais ce n'est pas tout : l'Irlande entend aussi aujourd'hui mobiliser le vaste réseau de ses expatriés pour développer ses relations - notamment économiques - avec le reste du Monde.

Voilà une initiative que je souhaite saluer et dont j'espère pouvoir parler, un de ces jours, tant avec le Cabinet de madame le ministre Lagarde que celui du ministre Dutreil.

Bien à vous.

Voir les commentaires

85 - Jaloux ? Certes non ! Mais...

23 Mars 2006, 23:01pm

Publié par GERARD

Après les aides européennes, les aides françaises

__________

Note d'actualité préalable

Permettez-moi de vous présenter mes excuses ainsi que celles de mon hébergeur Over-Blog. En effet, depuis hier la listes de mes "Articles récents" et celle des "Commentaires" n'apparaissent plus sur ma page d'ouverture. Je ne doute pas que cela sera réparé rapidement.

_______________________________

Je reviens maintenant au sujet du jour, qui se situe dans la suite de celui d'avant-hier. Bien entendu, créatrices et créateurs l'étranger ne sont certainement pas jaloux de leurs compatriotes de France. Ils se demandent seulement quel développement ils pourraient connaître s'il leur était seulement possible d'accéder à quelques-uns des appuis et financements proposés, par exemple, aux créateurs du Val d'Oise...

Vous êtes curieux ? Vous souhaitez avoir une idée de ce qui vous serait pour partie accessible si vos "entreprises à capitaux français" étaient l'objet d'un encouragement ?

Vous pouvez-vous prendre connaissance ci-après des modules diffusés en Val d'Oise.

1) Création, reprise, transmission :

ici : http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/21/16/49/ceevo-appuis1.pdf

2) Investissement et financement :

ici :  http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/21/16/49/ceevo-appuis2.pdf

3) Emploi - Formation :

ici :  http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/21/16/49/ceevo-appuis3.pdf

4) Innovation, environnement et développement technologique :

ici :  http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/21/16/49/ceevo-appuis4.pdf

5) Exportations :

ici : http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/21/16/49/ceevo-appuis5.pdf  

6) Implantation :

ici : http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/21/16/49/ceevo-appuis7.pdf

Si vous disposiez d'informations synthétiques sur les aides et appuis dispensés dans et par votre pays d'accueil, je serais heureux de pouvoir les recenser.

A demain... (clin d'oeil à Geneviève Taboui) si vous le voulez bien !

 

 

Voir les commentaires

83 - Le maquis des aides européennes

21 Mars 2006, 23:00pm

Publié par GERARD

Les aides européennes aux PME/TPE

Je parle aujourd'hui du Val d'Oise - accueil du site ici :

http://www.ceevo95.fr/

- car la page qui traite des aides européennes y est particulièrement bien faite :

http://www.ceevo95.fr/99/pages/europe_pme.html

Mais cela vaut à peu de choses près pour tout autre département français. Et après avoir parcouru cette longue page, "j'ai fait un rêve."

Oui, j'ai rêvé que quelques administrateurs et quelques politiques français et européens s'aperçoivent enfin que les entreprises créées par les Français ou les Européens hors de leur pays ou de leur continent sont un réel atout pour le développement de nos relations avec le reste du monde.

Il n'y a malheureusement pas beaucoup de liens sur la page. Mais tout est en ligne, il suffit de descendre la page.

Et vous y trouverez les grands chapitres suivants qui peuvent au minimum intéresser les créatrices et créateurs installés en Europe :

  • DEFINITION D’UNE PME EUROPEENNE
  • LA DIRECTION GENERALE DES ENTREPRISES
  • LES PROGRAMMES EUROPEENS
  • LES AIDES AUX PME
    • LES INSTRUMENTS FINANCIERS A LA DISPOSITION DES PME
    • LES SERVICES D’INFORMATIONS ET DE CONSEIL AUX PME
  • LA RECHERCHE DE PARTENAIRES COMMERCIAUX EUROPEENS
    • LES RESEAUX DE PARTENARIAT
    • L’INTERET DU BC-NET
    • LE RESEAU EURADA
      LE RESEAU 4*4
  • LES PME ET L’EURO
  • L’ACTUALITE REGLEMENTAIRE

Le chapitre consacré aux aides aux PME/PTE est particulièrement garni. Vous y découvrirez des présentations rapides de la Banque européenne d'investissement BEI et du Fonds européen d'investissement FEI (capital-risque), puis les "initiatives communautaires" CREA (capital risque en phase "d'amorçage") , I-TEC (technologies innovantes), EUROTECH CAPITAL (tansformation de haute technologie) , MET (aide aux nouvelles technologies en démarrage),  RII (placements et conseils d'anciens chefs d'entreprise) et JEV (coopération à l'international entre PME), ainsi que les programmes géographiques ALA, ACP, ASIA, CARDS, MEDA, TACIS, PHARE et aussi ceux consacrés à la recherche et au développement technologique.

Et encore... divers réseaux d'information et de conseil : les "Euro info centres" EIC, la cellule entreprise et coopération de la représentation française, le Bureau de rapprochement des entreprises BRE, le GEIE (groupement européen d'intérêt économique pour la recherche, le développement, la centralisation des achats, etc.), les Centres européens d'entreprises et d'innovation CEEI et Centre relais innovation CRI. 

Puis divers réseaux facilitant les partenariats : actions de promotion de la sous-traitance, réseau EURODA, réseau 4*4.

Alors, vous êtes hors de France mais en Europe, vous êtes prêts à engager une nouvelle phase de développement, fouillez dans ce maquis d'aides européennes, peut-être y trouverez-vous de quoi conforter vos idées et réaliser vos nouveaux projets...

Bonne chance.

Voir les commentaires

74 - Site de la création... en France !

12 Mars 2006, 23:00pm

Publié par GERARD

Le Groupe Oséo

Créé en 2005 pour réunir les compétences de la Banque pour le Développement des PME, de sa filiale SOFARIS, de l'Agence française de l'innovation (ex-ANVAR) et du GIE "Agence des PME", le groupe Oséo a une mission d'intérêt général au service des TPE et PME.

Il s'agit d'un holding public construit comme suit :

  • Ses 4 métiers sont les suivants :

    • 1) Le soutien à l’innovation et au transfert de technologies : financement et accompagnement des projets ; par OSEO anvar , société anonyme, dotée d’une mission de service public.

    • 2) Le financement en partenariat avec les établissements bancaires et financiers ; par OSEO bdpme, société anonyme, établissement financier de place.

    • 3) La garantie des financements bancaires et des interventions en fonds propres ; par OSEO sofaris société anonyme (filiale d’OSEO bdpme), institution financière spécialisée dotée d’une mission d’intérêt général.

    • 4) Les études de l’Observatoire des PME et les services en ligne dédiés aux PME ; par OSEO services, groupement d’intérêt économique (GIE) d’OSEO holding (source majoritaire du budget dédié) et de la Caisse des dépôts et consignations

    Cet établissement public reçoit en dotation la participation détenue par l’Etat dans OSEO bdpme et dans OSEO anvar. Il a pour objet, directement ou par l’intermédiaire de ses filiales directes ou indirectes, de :

    • promouvoir et soutenir l’innovation, notamment technologique, ainsi que contribuer au transfert de technologies ;

    • favoriser la création, le développement et le financement des petites et moyennes entreprises.

    Son site est d'une grande richesse... Vous pouvez le visiter ici :

    http://www.oseo.fr/aide-creation-entreprise/creer-son-entreprise-a-l-etranger.htm

    Malheureusement, à l'exception des pages relatives à la création de filiales hors frontières, il ne concerne pas l'étranger.

    Il est cependant intéressant de le parcourir, en particulier ses pages sur la multitude des aides et financement que peuvent solliciter nos compatriotes créateurs ou repreneurs basés en France.

    Je rêve de pages même nettement plus sobres, mais dédiées aux créatrices et créateurs français (ou européens) à l'étranger qui, très souvent, diffusent produits et technologies de France !

    Quels groupes de pression voudront bien reprendre l'idée d'établir en droit deux nouvelles catégories et deux nouveaux statuts d'entreprise pour les "entreprises à capitaux français à l'étranger" et les "entreprises à capitaux européens à l'étranger" ?

    Ce serait, selon moi, un grande étape franchie dans la sensibilisation de l'opinion et des décideurs sur la nécessité d'encourager et d'utiliser ce formidable réseau que constituent ces entreprises à l'étranger.

    Puis, au delà de cette sensibilisation, le point de départ d'une réflexion française et européenne pour arrêter quelques dispositifs d'appui qui seraient utiles à leur développement.

    Bien à vous.

  • Voir les commentaires

    65 - Avant-goût de la Journée des Français de l'étranger

    3 Mars 2006, 23:00pm

    Publié par GERARD

    Le "petitjournal.com" interroge le Président du Sénat

    Le petitjournal.com, dont je recommande vivement la lecture à l'adresse suivante :

    http://www.lepetitjournal.com/

    à la veille de la Première Journée des Français à l'étranger, a interrogé le Président du Sénat. Ci-dessous, ses propos. Je me réjouis de voir cette institution reconnaître le rôle des Français établis hors de France.

    ________________

    Pour le président du Sénat, tenter sa chance à l’étranger constitue une expérience unique qui peut donner plus qu’elle ne prend. Rayonner hors de France n’étant cependant pas simple, Christian Poncelet explique en quoi le Sénat se doit de faciliter la vie des expatriés

    Christian Poncelet innove dans le monde de l’expatriation en organisant demain, samedi 4 mars, au Sénat, la première Journée des Français de l'étranger. (Photo : Sénat)

    Lepetitjournal.com : Pourquoi  organiser une Journée des Français de l'étranger au Sénat et pourquoi maintenant ?
    Christian Poncelet : Comme l'indique l'article 24 de notre Constitution, le Sénat représente les Français établis hors de France. J'ai donc souhaité qu'une journée soit consacrée à ces Français expatriés, pour saluer leur contribution au rayonnement de la France mais aussi pour mieux identifier leurs difficultés et chercher à les résoudre. Cette journée est organisée le samedi 4 mars, juste avant la réunion des conseillers de l'Assemblée des Français de l'étranger, qui se tiendra à Paris du 6 au 10 mars.

    LPJ :  Comment expliquez-vous aujourd'hui l'intérêt nouveau que suscite en France le sort des expatriés ?
    CP : Compte tenu de ses responsabilités spécifiques en matière de représentation des Français de l'étranger, le Sénat s'est régulièrement attaché à améliorer le statut et la situation de nos compatriotes expatriés. On a longtemps stigmatisé la timidité des Français face à l'expatriation. Aujourd'hui je constate qu'ils sont nombreux à travailler à l'étranger et à se lancer dans l'aventure du grand large. Pas toujours à leur satisfaction.

    LPJ :  L'engouement médiatique sur ceux qui tentent leur chance ou réussissent à l'étranger illustre-t-il une curiosité réelle pour ceux qui osent s'ouvrir au monde ou un possible ras-le-bol des frontières hexagonales ?
    CP : Le monde bouge et les frontières s'estompent. Regardez en Europe ! Les Français qui s'expatrient ne le font pas pour quitter la France où ils sont en général heureux de revenir. Ils cherchent plutôt à connaître une expérience unique. Cette démarche commence dès la vie universitaire où de nombreux étudiants français partent compléter leur diplôme dans une faculté étrangère. Elle se poursuit dans la vie professionnelle car on connaît l’importance qu’accordent les entreprises à une expérience étrangère dans l’évolution d’une carrière.

    LPJ :  Les Français de l'étranger forment-ils une communauté distincte du reste de la société française ?
    CP : Les Français de l'étranger restent des Français, avec leurs joies, leurs peines, leurs difficultés, souvent proches de celle des Français "de l'Hexagone". Ils sont en général attachés à garder le lien fondamental qui unit les citoyens à l'Etat et donc à rester des Français comme les autres, à bien des égards.

    LPJ : Les Français de l'étranger ne partent pourtant pas tous dans des conditions confortables. La France en fait-elle suffisamment pour ses expatriés ?
    CP : Les 2,2 millions de Français établis hors de France ne sont pas abandonnés. Ils bénéficient de l'important réseau diplomatique français à l'étranger qui les aide. Ils ont des représentants, les Conseillers de l'Assemblée des Français de l'étranger et les 12 sénateurs des Français établis hors de France, qui les rencontrent régulièrement et les écoutent. Beaucoup a déjà été fait pour améliorer leur situation. La journée du 4 mars répond au même objectif.

    LPJ : Parmi les Français de l'étranger, certains souhaiteraient voir leurs élus siéger à l'Assemblée nationale plutôt qu'au Sénat. Quel est votre avis à ce sujet ?
    CP : La constitution prévoit que c'est le Sénat, par ailleurs souvent qualifié de "grand conseil des communes de France", qui représente les Français de l'étranger. C'est ce que j'appelle un "bonus constitutionnel". Il n'a pas été attribué par hasard au Sénat. Le rôle du Sénat dans nos institutions est en effet essentiel. Le  Sénat, je peux vous le confirmer, prend sa part dans la défense des intérêts des Français de l'étranger qui savent bien, dans leur grande majorité, que leurs représentants au Sénat sont constamment à leur écoute et se dépensent sans compter pour les aider à résoudre leurs difficultés. Je crois que cette compétence unique du Sénat est, pour les intéressés, un gage d’efficacité.

    LPJ :  Avez-vous personnellement vécu à l'étranger ?
    CP : Je n’ai jamais eu l’occasion à proprement parler de vivre à l’étranger. Mes parents m’avaient envoyé pendant l’Occupation de la France en Algérie où nous avions de la famille. À l’époque, c’était encore un territoire français. Je garde un souvenir émerveillé de ces quelques années où j’allais à l’école avec les enfants algériens d’un petit village près d’Oran. J’ai d’ailleurs gardé des contacts avec mes camarades de l’époque et je les ai revus avec beaucoup d’émotion lors d’un voyage officiel récent en Algérie.
    Propos recueillis par Hervé HEYRAUD. (LPJ) 3 mars 2006

     

    Voir les commentaires

    49 - Aides étrangères à la création d'entreprises à l'étranger

    18 Février 2006, 22:34pm

    Publié par GERARD

    Que font les pays étrangers pour aider à la création d'entreprises ou d'emplois ?

    En 2002, notre ministère de l'économie, des finances et de l'industrie a préparé des fiches concernant les aides mises en place pour la création et le développement d'entreprises dans 8 pays : l'Allemagne, le Canada, l'Espagne, les Etats-Unis, la Finlande, la Norvège et le Royaume-Uni.

    Ces fiches (études de 10 à 82 pages quand même), sont accessibles par le site suivant :

    http://www.minefi.gouv.fr/performance/comparaisons/politiques_publiques.htm

    Pour les aides à la création d'emplois, 7 pays sont couverts : le Canada, le Danemark, les Etats-Unis, la Finlande, le Royaume-Uni et la Suède. Des extraits (3 à 6 pages) sont accessibles via la même adresse.

    Il serait utile que ces études soient actualisées et étendues à un maximum de pays dans le Monde.

    Dans la mesure où les entreprises des créatrices et créateurs français à l'étranger sont des entreprises de statut local, elles devraient pourvoir obtenir tout ou partie de ces aides. Ceci devrait intéresser ceux qui sont déjà installés dans ces pays d'accueil et ceux qui souhaitent y développer un projet.

    Si vous avez la référence de sites nationaux de ce type pour d'autres pays, merci de bien vouloir me les communiquer.

    Si vous en avez bénéficié, un petit message ou un commentaire pourrait intéresser les lecteurs de ce bloc-note.

    Bien à vous.

     

    Voir les commentaires

    44 - Honneur aux créatrices

    12 Février 2006, 23:21pm

    Publié par GERARD

    Un grand bravo au CNCE

    Le Conseil National de la création d'entreprises (CNCE), contrairement à beaucoup d'autres organisations, est composé par moitié de femmes et d'hommes.

    La chose est si rare qu'elle mérite d'être signalée. Au Conseil écnomique et social, si certains groupes s'efforcent d'équilibrer leur composition en sorte que tous les citoyens soient effectivement représentés, c'est encore loin d'être le cas pour certains autres. Leurs arguments, aujourd'hui, ne tiennent vraiment plus la route.

    Il serait heureux qu'une place plus large soit aussi faite aux créatrices à l'étranger chez nos Conseillers du Commerce extérieur (CCE ou CCEF). Cela viendra j'en suis certain.

    Mais sur ce terrain là, on assiste - comme au CES - à des avancées, puis à des retours...

    Mais enfin... Pour en savoir plus sur le CNCE et sur l'Agence pour la création d'entreprise (APCE), rendez vous au site :

     http://www.apce.com/index.php

     

    Saura-t-il prendre à l'avenir prendre mieux en compte la dimension "création à son compte à l'étranger" ? Souhaitons-le.

    Chers amis, en déplacement ces jours-ci, je serai nécessairement moins prolixe que précédemment, mais je compte rapidement relancer quelques grandes questions relatives aux entreprises à capitaux français à l'étranger.

    Bien à vous.

    Voir les commentaires

    40 - Réorganisation du bloc-notes

    7 Février 2006, 23:13pm

    Publié par GERARD

    RESTRUCTURATION DES "CATEGORIES"

    Cela fera un mois ce soir que ce bloc-note fonctionne. De petits messages, qui seront me semble-t-il bientôt quotidiens, m'encouragent à poursuivre dans mon objectif : servir les créatrices et créateurs français d'entreprises à l'étranger.

    Mais, un mois, c'est aussi et déjà 29 articles. Comment les classer pour les rendre accessibles plus facilement selon les besoins des lecteurs ?

    Ce n'est pas si simple. Surtout quand les messages d'amitié m'invitent à aborder de nouveaux sujets n'entrant pas dans une catégorie actuelle. C'est Gérard qui, aujourd'hui, me dit :

    "Je suis à la retraite, super actif aussi, j'ai été ... dans une dizaine de pays dont l'Arabie Saoudite... je suis plutôt un homme de terrain, un entrepreneur. J'ai co-créé il y a trois ans une organisation : "EVE-olution".

    C'est des personnes comme vous qui sont les plus positives pour les Francais, vous leur donnez de l'audace et du courage pendant que d'autres leur offre de l'assistanat..."

    J'ai visité le site d'EVE-olution, un projet d'appui par - une Fondation internationale - aux femmes s'engageant dans l'entrepreunariat. Je vous en reparlerai dans la catégorie "Initiatives" que je créerai demain pour réunir tous les articles signalant un projet ou une entreprise me semblant devoir être utile au créateur ou futur créateur à l'étranger.

    Cependant, multiplier inconsidérément les catégories d'articles ne me semble pas sain. J'ai donc réduit le nombre des catégories et je leur ai réaffecté les articles passés.

    Jusqu'à une éventuelle prochaine modification - vos suggestions me seront les bienvenues, mes articles seront désormais classés comme suit :

    Aides : tout ce qui peut constituer une aide (ou une facilitation) à la création ou à la vie du créateur et de son entreprise à l'étranger ;

    Commerce - Import - Export : tout ce qui a trait au développement des activités commerciales, d'importation ou d'exportation à l'étranger ;

    Economie : tout ce qui concerne l'économie de l'entreprise en général, voire les "économies" qu'elle - ou que l'expatrié - peut faire ;

    Entreprises - PME - PMI : tout ce qui concerne plus précisément l'entreprise du créateur à l'étranger.

    Expatriés - Expatriation : plus particulièrement, ce qui intéresse la personne expatriée ou son expatriation et qui ne serait pas classé à la rubrique "aides".

    Initiatives : tout article signalant une "initiative" en cours ou aboutie, susceptible d'intéresser un expatrié créateur ou un projet lié au développement de ponts avec l'étranger.

    Bien à vous.

    Voir les commentaires

    35 - Un site commun aux missions économiques ?

    3 Février 2006, 00:55am

    Publié par GERARD

    POUR CONNAÎTRE LES HEUREUSES INITIATIVES DES MISSIONS ECONOMIQUES (ME)

    A la suite de mon article d'hier, Christophe se demande si les ME françaises ne pourraient pas alimenter un site ou un blog commun visant à faire connaître leurs initiatives commerciales.

    Cela me semble en effet une excellente suggestion car, dans l'état actuel des choses, pour repérer les idées commerciales novatrices des ME... il faut parcourir le site de chacune d'entre-elles. Et elles sont au nombre de 156 !

    J'encourage donc vivement la Direction générale du Trésor et de la politique économique (DGTPE, qui a absorbé la DREE en 2004) à mettre en oeuvre cette suggestion.

    Je note cependant qu'elle n'a toujours pas vocation à appuyer les "entreprises à capitaux" français à l'étranger, mais seulement, comme le prévoit le Décret n° 2004-1203 du 15 novembre 2004 "portant création d'une direction générale du Trésor et de la politique économique au ministère de l'économie, des finances et de l'industrie" et selon les pratiques généralement établies, les entreprises purement françaises qui exportent, qui s'intallent ou sont installées à l'étranger. 

    Ses missions sont définies comme suit :

    Article 2


    La direction générale du Trésor et de la politique économique exerce les missions suivantes :

    1° Elle élabore les prévisions économiques pour la France et son environnement international et assure l'analyse et le conseil sur les politiques macro-économiques et les questions économiques et financières européennes, en particulier en matière de coordination des politiques économiques ;

    2° Elle remplit une fonction de conseil et de prévision pour la conduite des politiques publiques en France dans les domaines des finances publiques, des questions sociales et de l'emploi et des politiques sectorielles ;

    3° Elle participe à l'élaboration et à la mise en oeuvre de la régulation des institutions financières, des entreprises et intermédiaires d'assurance, ainsi que de la politique de régulation de l'épargne, de l'investissement et des marchés financiers et de la politique de financement des entreprise et du logement ;

    4° Elle est chargée des questions économiques, financières et commerciales internationales sur le plan multilatéral et bilatéral et contribue à la politique d'aide au développement ;

    5° Elle soutient le développement international des entreprises ;

    6° Elle gère la trésorerie et la dette de l'Etat ;

    7° Elle veille dans les entreprises et autres organismes qui entrent dans son champ de compétence aux intérêts patrimoniaux de l'Etat ;

    8° Elle assure le secrétariat de la commission économique de la nation, de la conférence économique annuelle et de l'observatoire économique de l'achat public.

    Pour l'exercice de l'ensemble de ses missions, elle dispose des services prévus par le décret n° 82-762 du 6 septembre 1982 portant création des directions régionales du commerce extérieur et par les articles 1er à 4 du décret du 3 mai 2002 susvisé et en assure la gestion.

    Quant aux ME elles-mêmes, leurs missions sont définies comme suit par le Décret n° 2002-772 du 3 mai 2002 "relatif à l'organisation des services à l'étranger du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie" :

    Article 1


    Le ministère de l'économie, des finances et de l'industrie comprend des services à l'étranger dont la mission est d'informer l'Etat, les collectivités publiques et les entreprises sur l'ensemble des questions économiques, commerciales et financières internationales et de défendre et promouvoir dans ces domaines les intérêts de la France à l'étranger. Ces services comprennent des missions économiques ainsi que des services attachés à l'administrateur auprès d'une institution financière internationale, à la délégation permanente auprès de l'Organisation mondiale du commerce ou à une représentation permanente auprès d'une organisation internationale.

    J'invite la DGTPE à réécrire ce décret ou à l'interpréter en sorte que la défense et la promotion des intérêts économiques, commerciaux et financiers internationaux de la France à l'étranger comprenne aussi la connaissance et l'appui au développement des "entreprises à capitaux français" à l'étranger, certes plus modestes que les filiales des Groupes français, mais qui n'en sont pas moins environ 10 fois plus nombreuses et contribuent par leur insertion sociale, par leurs importations et par leurs conseils... à l'exportation de biens et technologies provenant de notre pays.

    Pour illustrer son propos, Christophe me signale l'initiative "Vitrines françaises" de la ME de Saint-Pétersbourg qui, si elle concerne d'abord les Groupes français, associe au moins aux manifestations les restaurateurs français de la place. Des détails peuvent être obtenus à l'adresse suivante :

    http://www.vitrines-francaises.com/version_francaise/default.asp

    En attendant que ce site ou blog commun aux diverses ME existe et recense leurs diverses initiatives et puisse inspirer d'autres ME ou directement nos créatrices et créateurs français à l'étranger, je suis à votre disposition pour faire connaître celles que vous pourriez m'indiquer (soit par l'insertion d'un commentaire ci-dessous, soit par un message à mon adresse de messagerie personnelle qui figure en bas de cette page).

    Bien à vous.

    Voir les commentaires

    30 - Accès rapide aux nouveaux articles

    29 Janvier 2006, 00:47am

    Publié par GERARD

    RECEVOIR DIRECTEMENT L'ARTICLE DU JOUR

    Quelques fidèles lecteurs de ce bloc-note me disent qu'ils n'ont pas toujours le temps d'aller sur Internet pour lire l'article du jour.

    Une solution simple existe pour vous éviter d'aller spécialement sur la toile et sur mon site pour connaître le thème et le contenu du dernier article publié : sur ce blog comme sur quelques autres, elle s'appelle "Newsletter".

    Si cela vous intéresse, allez donc à la rubrique intitulée ainsi, en bas à droite. Indiquez-y votre adresse de messagerie. Quelque temps après, vous recevrez un message dans votre boîte avec un lien à cliquer pour confirmer votre "abonnement". Dès lors, vous recevrez directement chaque nouvel article dans la boîte de réception de votre messagerie.

    Cela ne vous empêchera nullement - quand vous voudrez reparcourir certains autres articles de ce bloc-note -, de retrouner sur Internet et d'y accéder via la liste des derniers articles publiés ou via la rubrique "archives".

    Votre adresse ne sera diffusée à personne ; c'est un engagement d'Over-Blog, l'hébergeur de ce bloc-note. Enfin, vous pourrez supprimer votre abonnement à tout moment par un simple clic.

    A bientôt. 

    Voir les commentaires

    << < 1 2 3 4 5 6 7 > >>